kairouan-grand-mosquee-tunisie-oussama-ben-rejab

UNESCO

Fondée en 670, la ville de Kairouan a prospéré sous la dynastie aghlabide, au IXe siècle. Malgré le transfert de la capitale politique à Tunis au XIIe siècle, Kairouan est restée la première ville sainte du Maghreb. Son riche patrimoine architectural comprend notamment la Grande Mosquée, avec ses colonnes de marbre et de porphyre, et la mosquée des Trois-Portes qui date du IXe siècle.

Situation au centre de la Tunisie, dans une plaine à égale distance de la mer et de la montagne, Kairouan est la plus ancienne base arabo-musulmane du Maghreb (670 après J.-C.) et l’une de ses principales villes saintes. Capitale de l’Ifriqiya pendant cinq siècles, elle fut un lieu de diffusion exceptionnelle de la civilisation arabo-musulmane. Kairouan témoigne de manière unique des premiers siècles de cette civilisation et de son développement architectural et urbain. Le site inscrit est un bien en série qui comprend la médina et ses faubourgs, les bassins des Aghlabides et la zawiya de Sidi Sahib. La médina (54 ha) et ses faubourgs (20 ha) forment un ensemble urbain présentant tous les composants d’une ville arabo-musulmane. La médina comprend des habitations juxtaposées divisées en quartiers séparés par des rues étroites et sinueuses ; elle est entourée de remparts s’étendant sur plus de trois kilomètres. La disposition des faubourgs est plus rectiligne et les maisons ont un aspect plus rural. La médina abrite des monuments remarquables, notamment la Grande Mosquée, un chef-d’œuvre architectural qui a servi de modèle pour plusieurs autres mosquées du Maghreb, la Mosquée des Trois Portes qui représente la façade sculptée la plus ancienne de l’art musulman. Les bassins des Aghlabides, un réservoir en plein air formé de deux citernes communicantes datant du IXe siècle, constituent l’un des ensembles hydrauliques les plus beaux conçus pour fournir de l’eau à la ville. La zawiya de Sidi Sahib abrite les restes du compagnon de Mahomet, Abou Zama El-Balawi.

Critère (i) : La Grande Mosquée, reconstruite au IXe siècle, est non seulement l’un des principaux monuments de l’islam, mais aussi un chef-d’œuvre architectural universel. Les nombreux mais petits changements qui y ont été apportés n’ont pas altéré la disposition de ce lieu de prière, qui forme un quadrilatère de 135 m sur 80 m. À son extrémité sud se trouve une salle de prière hypostyle avec 17 nefs soutenues par une « forêt » de colonnes en marbre et en porphyre. Au nord se trouve une vaste cour pavée bordée de portiques, interrompue au milieu de l’extrémité nord plus petite par le massif minaret carré à trois étages.

Critère (ii) : La Grande Mosquée a servi de modèle pour plusieurs mosquées maghrébines, notamment pour ses motifs décoratifs, qui sont uniques. De plus, la Mosquée des Trois Portes, construite en 866 après J.-C., est la plus ancienne mosquée islamique connue avec une façade sculptée.

Critère (iii) : Avec la Grande Mosquée, la Mosquée des Trois Portes et le Bassin des Aghlabides, sans oublier les nombreux vestiges archéologiques, Kairouan témoigne de manière exceptionnelle de la civilisation des premiers siècles de l’Hégire en Ifrîqiya.

Critère (v) : Protégée par ses remparts et ses portes (Bab et Tounes, Bab el Khoukha, Bab ech Chouhada), la médina de Kairouan, dont le panorama est ponctué par les minarets et les coupoles de ses mosquées et de ses zawiyas, a conservé son réseau de rues sinueuses et de maisons de cour. Très peu de petites fenêtres ou de portes voûtées sont découpées dans les murs extérieurs, mais les murs intérieurs ont des ouvertures plus grandes donnant sur la cour centrale. Cette architecture traditionnelle, devenue vulnérable sous l’impact des changements socio-économiques, constitue un patrimoine précieux qui doit être protégé dans son intégralité.

Critère (vi) : Kairouan est l’une des villes saintes et capitales spirituelles de l’islam. À côté de la Grande Mosquée, premier lieu de culte fondé au Maghreb seulement 38 ans après la mort du Prophète, se trouve la zawiya de Sidi Sahâb où sont conservés les restes d’Abu Djama, l’un des compagnons de Mahomet. Il n’est pas étonnant qu’autrefois, sept pèlerinages à Kairouan pouvaient remplacer le pèlerinage à La Mecque prescrit pour tous les musulmans.

Intégrité (2009)

L’ensemble historique de Kairouan, avec sa partie centrale et ses faubourgs, a conservé, sans altération, son tissu urbain avec sa morphologie et ses composantes architecturales et architectoniques. Tous ces éléments témoignent de la valeur universelle du bien et contribuent à son intégrité.

Authenticité (2009)

Certaines habitations ont été entièrement rénovées, mais l’essentiel du tissu urbain, en particulier les monuments, est préservé. L’adaptation aux nouveaux modes de vie et aux exigences socio-économiques ainsi que les travaux de restauration réalisés au fil du temps n’ont pas affecté l’authenticité fonctionnelle et structurelle intrinsèque. Cependant, certaines maisons ont été reconstruites en utilisant des matériaux modernes.

Outre les trente-six monuments bénéficiant d’un classement spécifique au titre des monuments historiques, l’ensemble historique de Kairouan est protégé par la Loi 35-1994 concernant

Notre Produit de Kairouan

3 comments

Comments are closed.

You May Also Like

Mohamed Al-Joudi : Un Pilier de la Connaissance à Kairouan

Un Homme aux Multiples Casquettes Mohamed Al-Joudi, né en 1862, ne se contentait…

Les Traditions de Kairouan : Un Voyage au Cœur de l’Histoire et de la Culture

Cher lecteur, Bienvenue sur  Kairouan online ! Aujourd’hui, nous vous invitons à découvrir…

Les Traditions de Kairouan : Une Odyssée Culturelle Inoubliable

Kairouan, Gardienne des Traditions Séculaires Au cœur de la Tunisie, Kairouan se…

La Bir Tkefa : Un Trésor Historique de Kairouan

La Bir Tkefa, également connue sous le nom de Bir Am Ayyad, est un…